2 mars 2024
Julio Iglesias, le crooner à la valise potagère !

Julio Iglesias, le crooner à la valise potagère !

Quand la douane joue les maraîchers, c’est Julio Iglesias qui fait les frais de la récolte ! Figurez-vous que le célèbre chanteur espagnol, connu pour ses ballades romantiques qui ont bercé des générations, a été pris la main dans le sac… ou plutôt le sac plein à craquer de victuailles en République dominicaine. 42 kilos de nourriture dans ses bagages, c’est ce qu’ont découvert les douaniers de l’aéroport de Punta Cana le 10 janvier dernier. Et on ne parle pas de quelques tapas pour l’apéro !

Un festin en soute

Imaginez la scène : des valises débordantes de fraises, framboises, myrtilles, cerises, tomates, betteraves, céleri, haricots, épinards, laitue, champignons, roquette, et même de la viande ! De quoi faire pâlir d’envie n’importe quel chef étoilé. Mais pourquoi donc Julio trimballe-t-il un tel marché ambulant entre les Bahamas et ses autres résidences ? Peut-être est-ce un rituel pour composer ses mélodies sucrées-salées ou simplement l’envie de toujours avoir sous la main de quoi préparer une paella géante ?

L’artiste et ses habitudes alimentaires

À BuzzDuSiecle.com, on aime croire que Julio Iglesias est un précurseur du "manger local" à sa manière. Mais les autorités dominicaines, elles, n’ont pas vraiment apprécié cette abondance de produits frais. Et pour cause, elles sont en lutte contre un invité indésirable : la mouche méditerranéenne, un parasite qui ne rêve que de s’inviter dans les cultures locales. Alors, les 42 kilos de provisions de Julio ont été confisqués pour éviter toute contamination.

Pas de passe-droit pour les célébrités

Le ministre de l’Agriculture de République dominicaine, Limbert Cruz, a tenu à préciser que ce contrôle n’était pas un caprice des douaniers fans de variété espagnole, mais une mesure appliquée à tous les voyageurs. Julio Iglesias a donc dû dire adieu à ses fruits et légumes, mais a été rapidement relâché, probablement pour aller chanter "Vous les femmes" aux tomates du coin.

En tout cas, une chose est sûre : la prochaine fois que Julio fera ses valises, il pensera peut-être à troquer ses kilos de nourriture contre quelques CD de ses plus grands succès. C’est moins risqué et ça nourrit toujours l’âme !

En somme, même à 80 ans passés, Julio Iglesias continue de nous surprendre et de faire parler de lui, même si c’est pour ses extravagances culinaires plutôt que pour ses chansons. Qui sait, peut-être que cette mésaventure inspirera un nouveau tube : "Je n’ai pas changé… sauf mes habitudes aux douanes" ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *